La fille au bracelet de Stéphane Demoustier

 Lise (Melissa Guers) a dix-huit ans, elle vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d'avoir son bac. Mais depuis deux ans, Lise porte un bracelet électronique car elle est accusée d'avoir tué sa meilleure amie. Le film suit alors son procès, qui s'étale sur plusieurs jours et la replonge elle et toute sa famille dans ce drame. Il nous met dans la peau des jurés, qui doivent juger si oui ou non Lise est coupable, mais nous fait également traverser tous les doutes de ses parents (Roschdy Zem et Chiara Mastroianni). 

Le film se veut une plongée dans le microcosme judiciaire, dans le procès et seulement le procès, avec tout la dimension théâtrale qui l'implique. Lise, par le mutisme qu'elle oppose aux accusations de l'avocate générale (Anaïs Demoustier) tente de se soustraire aux codes de son propre procès et semble s'opposer farouchement au monde des adultes ou tout est si rationnel. Lise est une adolescente libre, et refuse d'être jugée sur sa vie intime, elle refuse de se justifier sur ce qu'elle ressent - ou plutôt ici, ne ressent pas. 


Si le plaidoyer sur les moeurs des jeunes et la nécessité de la justice de ne pas juger un accusé sur sa morale mais bien sur sa culpabilité semble un peu artificiel et surjoué, le reste du procès n'en reste pas moins convaincant, filmé avec presque un oeil de documentariste. Le tribunal devient un miroir de la société (comme le rappelle l'avocate générale elle-même), où la génération précédente tente d'appliquer à celle qui la suit ses propres codes moraux, auxquels, comme Lise, elle tente de se soustraire. Est inscrit en creux dans le film le drame de l'incomunicabilité entre les générations. 

Roschdy Zem et Chiara Mastroianni incarnent brillamment les parents dépassés par ce qu'ils découvrent de leur fille au cours de son procès, montrant une cellule familiale déjà fragilisée plus brisée  encore par ce procès. La performance de Melissa Guers est elle aussi remarquable, d'autant qu'il s'agit de son tout premier film. Affaire à suivre donc...




La fille au bracelet réalisé par Stéphane Demoustier, avec Mélissa Guers, Roschdy Zem et Anaïs Demoustier, en salles depuis le 12 février 2020.

1 commentaire

  1. There are lots of methods to fund your account and course of a withdrawal. These embody a mix of|a mixture of} regular fee strategies like Visa and MasterCard, eWallets and cryptocurrencies. Wagering necessities are 카지노 set at 50x, and apart from using the bonus to play pokies for real cash with no deposit required, you can also also|you can even} use it on scratch playing cards, board video games and Keno. Besides mentioning the best no deposit bonuses for Australian pokie gamers, we’ll also show you the place and how you can claim them, as well as|in addition to} what makes them value your time.

    RépondreSupprimer