Mais qui va aller au théâtre à 17h ?

 Le couvre-feu s'est abattu sur de nombreuses villes françaises, condamnant toute vie extérieure après 21h. La journée, prendre les transports en commun, aller travailler, déjeuner dehors, travailler encore, reprendre les transports, mais passé 21h, chacun chez soi et les vaches seront bien gardées. Sans s'étendre sur l'hypocrisie d'un tel dispositif, la question de la culture et du monde du spectacle a très vite été soulevée : y aura-t-il une exception pour le secteur culturel, déjà bien amoché par le confinement, l'annulation et le report de tous les événements depuis mars dernier ? Réponse : non. Qu'importe, on a alors qu'à avancer les représentations dans les théâtres, a proposé notre président. Le spectacle ne commence plus à 20h, 20h30, mais à 17 ou 18h, en semaine. Mais qui peut bien aller au théâtre à 17 ou 18h en semaine ? Qui exclue-t-on une fois de plus des théâtres ? 




Alors bien sûr, tout cela part d'une bonne intention, car le couvre-feu ne saurait couvrir le feu du théâtre. Continuer, continuer malgré tout, continuer à offrir la possibilité à chacun et chacune d'aller au théâtre, car personne ne saurait interdire l'entrée d'un théâtre à un individu, n'est-ce pas ? Mais de fait, ces conditions excluent encore et toujours ceux qui, bien souvent, ne se sentaient déjà pas à leur place au théâtre. J'ai bien conscience que c'est une solution qui permet aussi de tenter de sauver le monde du spectacle, de perpétuer un secteur qui paie le prix cher du confinement, mais le spectacle vivant est-il une industrie ou un service public ? Et dans ce cas-là, qu'est-ce qu'un service public qui n'est pas accessible au plus grand nombre ? 


Qui ira voir Mes Frères à la Colline à 17h un mardi, ou Bajazet à 18h à la Comédie-Française ? Les étudiants désoeuvrés, les retraités, les cadres aux horaires flexibles, et tout ceux qui ne vivent que par et pour le spectacle. Mais surement pas les gens qui travaillent toute la journée, surement pas les gens qui habitent loin de Paris, surement pas celles qui doivent aller chercher les enfants à l'école, surement pas ceux qui, entre la fin du travail et 21h ne trouvent que le temps de rentrer s'enfermer chez eux. 


Le couvre-feu sacrifie notre vie sociale et culturelle. Mais pas pour tout le monde. D'un côté, il y a donc ceux qui continueront à aller au théâtre, à l'opéra, voir des concerts, et de l'autre, ceux qui continueront à ne pas y aller, à penser qu'ils n'y sont pas les bienvenus (mais qu'est-ce qui leur ferait croire le contraire ?).  Et qui retrouvera-t-on dans les fauteuils des théâtres ? Ceux qui bénéficient déjà de nombreux privilèges et qui peuvent, pour plein de raisons, venir au théâtre à 17 ou 18h un jeudi en pleine semaine. 


Face à toutes ces contraintes, s'impose alors une question que devrait se poser tout directeur ou directrice de théâtre, tout metteur en scène, tout acteur ou actrice : pour qui fait-on du théâtre ? Pour qui le rideau continue-t-il à se lever ? Qui continuera d'aller au théâtre jusqu'au 1er décembre ?

1 commentaire

  1. Stake.com needs to evaluation the security of your connection earlier than continuing. Popular land primarily based titles and incredible features - High 5 are positive to give you a 5 star expertise. Have a spin on Secrets of the Forest, Da Vinci Diamonds and extra at 바카라사이트 MrQ. Home to the legendary Book of Dead series, the squishy Reactoonz video games and the charming Moon Princess titles. Signing up at Hell Spin Casino is a fast and easy course of. At first look, Hell Spin’s theme is inviting and mysterious, with haunting background pictures of ghouls and goblins in a spooky forest.

    RépondreSupprimer